Skip to main content

Médecine ayurvédique : définitions et grands principes

médecine ayurvédique

Au sein des sociétés occidentales, les médecines douces et traditionnelles font de plus en plus d’adeptes. Loin de concurrencer la médecine dite « moderne », elles viennent au contraire la compléter.

Ainsi, un nombre croissant de personnes font appel à la naturopathie, à la médecine traditionnelle chinoise ou la philosophoe ayurvédique pour accompagner leur quotidien. Pour elles, c’est un moyen de se soigner le plus « bio » possible, mais également de rétablir un lien avec l’énergie de la nature au quotidien.

Dans cet article, nous allons évoquer la médecine traditionnelle indienne appelée médecine ayurvédique ou encore ayurvéda.

Plus qu’une médecine, cette philosophie vieille de plus 5 000 ans a franchi les frontières de l’Inde et est aujourd’hui pratiquée dans de nombreux pays, dont la France.

Médecine ayurvédique : une définition

Pour bien comprendre la médecine ayurvédique, il est important de connaître le sens du mot ayurvéda. Il est l’association de deux mots : « Ayur » et « Veda ».

En sanskrit, le mot Ayur signifie la durée, l’élan vital ou encore la vie. Le mot Ved quant à lui signifie science ou connaissance. Traditionnellement, les différentes définitions s’accordent à affirmer que ayurvéda signifie « science de la vie ».

Les principes de la médecine ayurvédique

L’ayurvéda est définie par un ensemble de principes et de textes sacrés de l’Inde antique. Moins curative que les médecines occidentales, elle est avant tout un système de soins holistique et préventif. Son objectif est d’anticiper et d’éviter les maladies plutôt que de les guérir.

Son rôle est d’apporter des connaissances et des pratiques en fonction de chaque individu, de façon à permettre au corps et à l’esprit d’être en harmonie et en équilibre.

La théorie des 5 éléments

La théorie des 5 éléments est la base de la médecine traditionnelle ayurvédique. Selon l’Ayurvéda, tout corps vivant est composé de ces 5 éléments :

  • l’ether (Akasha)
  • l’air (Vayu)
  • le feu (Agni)
  • la terre (Prithivi)
  • l’eau (Jala)

Ces cinq éléments composent l’univers et donc également le corps humain (comme tout corps vivant). Les 3 doshas (Vata, Pitta, Kapha) possèdent chacun ces 5 éléments, en proportions différentes.

Ces cinq éléments sont présents en quantité plus ou moins différentes dans la constitution d’un être humain. C’est cette proportion qui définit les doshas, c’est à dire le profil ayurvédique de chaque être.

Dans cette conception de l’être vivant, le besoin principal est l’équilibre des énergies du dosha, c’est à dire combiner santé physique, émotionnelle et mentale. Si l’équilibre doshique est respecté, alors une personne sera considérée en « bonne santé ».

L’harmonie des énergies intérieures est la clé. C’est la raison pour laquelle chaque être humain doit adopter un mode de vie qui respecte son profil ayurvédique :

  • un régime alimentaire adapté
  • un temps sommeil suffisant
  • des interactions sociales justes (ni trop, ni pas assez).

Sans le respect de cet équilibre intérieur, alors la constitution doshique d’un être humain est perturbée. Ce déséquilibre peut alors agir sur le bien-être, physique et/ou mental, de cette personne.

Les 4 réalisations de la vie

Il existe 4 réalisations à atteindre en Ayurvéda :

  1. Dharma : c’est le chemin intérieur de chaque être, sa volonté pour atteindre l’harmonie avec l’ordre universel. C’est en quelque sorte la mission de vie de chaque personne, son destin à accomplir.
  2. Artha : il s’agit de la richesse extérieur, de l’accomplissement matériel. Artha n’est évidemment pas l’abondance matérielle, mais les besoins minimum (des vêtements, un toit, etc) pour accomplir au mieux sa vie
  3. Kama : c’est la recherche du plaisir, de l’épanouissement. Kama symbolise le bonheur et l’accomplissement à travers nos actions, nos relations.
  4. Moksha : c’est la libération, le détachement matériel de toute chose. Certaines interprétations comparent cette réalisation à la mort, qui permet à chaque être de renaître.

Les huit branches

Le système de la médecine ayurvédique est divisée en 8 ashtang Ayurvéda, c’est à dire 8 composantes. Elles sont  plus généralement appelées branches. Ces 8 parties forment ce qu’on appelle les 8 branches de l’Ayurvéda :

  • Kaaya Chikitsa : la médecine et les soins généraux pour la composition du corps de chaque individu. C’est une médecine générale.
  • Baala Chikitsa : l’équivalent de la pédiatrie moderne, c’est-à-dire les soins pour les bébés et les nouveaux nés.
  • Graha Chikitsa : c’est l’étude des problèmes liés à l’esprit, leurs origines et les soins qu’on peut y apporter. Cette branche peut être considérée comme la psychiatrie moderne.
  • Shalakya tranta : cette branche intervient sur les problèmes ORL, c’est-à-dire les problèmes qui touchent les oreilles, le nez et la gorge.
  • Shalya tantra : l’équivalent de la chirurgie moderne, axée autour de l’élimination des corps étrangers (les calculs rénaux par exemple) ou des excroissances
  • Agada Tantra : ce sont l’étude et les soins contre toute forme d’addiction ou toxicologie (poison, alimentation, etc.)
  • Rasyana Tantra : les méthodes et soins pour lutter contre le vieillissement global de notre organisme, c’est-à-dire aussi bien physique que cérébral.
  • Vajjikaran chikitsa : cette branche est liée aux problèmes en lien avec le plaisir sexuel et les problèmes qui y sont liées (problème d’érection, frigidité, éjaculation précoce, etc.).

La médecine ayurvédique au quotidien

Les pratiques

La médecine ayurvédique est en grande basée sur des habitudes de routine à mettre en place pour éviter la maladie. Elle recommande cinq pratiques pour une hygiène de vie respectueuse de son dosha (que l’on soit à dominance Pitta, Vata ou Kapha) :

  • un bon sommeil
  • de l’exercice
  • une bonne alimentation
  • l’élimination
  • le nettoyage du corps.

Il est également recommandé de temps à autre de réaliser une Panchakarma. « Pancha » signifie 5 et « Karma » thérapie ou traitement.

Panchakarma est un traitement ou thérapie qui comprend cinq nettoyages qu’il faut alterner pendant une durée de 21 à 45 jours. Les cinq nettoyages sont les suivants : le lavage du nez, la purification du sang, le lavage d’estomac, les vomissements et faire ses besoins.

Concernant l’exercice physique, le yoga est une pratique vivement recommandée, car elle est étroitement liée à l’ayurvéda. Une pratique quotidienne de yoga de 20 ou 30 minutes répond largement au besoin d’exercice physique recommandé par la médecine ayurvédique.

L’alimentation

Le régime alimentaire est une des bases de la médecine ayurvédique. Pour une grande partie, l’équilibre de l’énergie des doshas repose sur les aliments que nous consommons au quotidien et donc sur notre digestion.

Nous sommes, en quelque sorte, ce que nous mangeons. N’hésitez donc pas à privilégier des produits bio et nature à base de plantes aux produits transformés (plats préparés, etc.)

L’ayurveda fait état de six saveurs : le sucré, l’amer, le piquant, l’astringent, l’acidulé et le salé. Dans la médecine ayurvédique, ces saveurs sont associées à la terre, au feu, à l’eau et à l’air.

Selon notre composition doshique, il faudra alors privilégier telle ou telle alimentation pour faciliter la digestion et respecter l’équilibre de son dosha.

Les massages ayurvédiques

Le massage est très important dans le cadre de la médecine ayurvédique. Il participe au processus d’élimination des toxines et à l’apaisement cérébral et émotionnel (stress et anxiété notamment).

L’idéal est d’intégrer le massage, quel que soit sa forme, dans votre quotidien. Il existe différents types de massage ayurvédique mais vous pouvez vous administrer vous-même certains massages avec de l’huile (auto-message), notamment avant votre coucher.

Bien évidemment, vous pouvez aussi vous faire masser par un praticien ayurvéda pour bénéficier de leurs expertises et leurs connaissances des plantes et huiles ayurvédiques.

 

En résumé, la médecine ayurvédique s’adresse à toutes les personnes à la recherche d’équilibre et d’harmonie. Que vous soyez en pleine santé, en déséquilibre profond (mauvaise hygiène de vie, stress, etc.), souffrant d’une maladie ou à la recherche de ce qui est adapté pour votre santé, l’ayurvéda peut-être une bonne solution.

Si vous êtes intéressé(e), n’hésitez pas à en parler à votre médecin ou à consulter un praticien spécialisé.