Skip to main content

Position du lotus (Padmasana) : bienfaits et conseils pratiques

posture du lotus

Yogis pratiquant la posture du lotus (l’index et le pouce sont joints)

Si vous pratiquez le yoga de manière régulière, vous avez sans doute déjà entendu parler de la posture que nous allons détailler dans cet article.

Egalement connue sous le nom de Padmasana, la position du lotus est effectivement sans doute la posture la plus emblématique du yoga.

Très utilisée dans les illustrations d’articles relatifs à la pratique du yoga ou encore à la méditation, cette position est largement connue, de manière consciente ou inconsciente (et sans pour autant qu’on puisse connaitre en détails ses bienfaits).

Au-delà du symbole, la position du lotus offre justement de nombreux bienfaits pour la santé physique et mentale pour les yogis qui la pratiquent de manière régulière. Elle permet notamment une amélioration de la concentration et agit efficacement contre les états de stress ou d’anxiété.

Dans cet article, nous explorerons donc en détails les avantages de cette posture et les conseils pour la réaliser correctement afin d’en tirer tous les bénéfices.

Qu’est-ce que la posture du lotus ?

La posture du lotus tire son nom de la fleur de lotus (padma en sanskrit), symbole de pureté et d’éveil spirituel dans les cultures asiatiques, mais aussi de renouvellement ou de renaissance.

Le lotus est omniprésent dans la culture hindoue mais aussi boudhiste. Certains divinités (Lakshmi, Ganesh, Boudha) sont souvent représentées en présence de la fleur.

A lire sur le même sujet :  Scorpion yoga : tout savoir sur cette posture (difficile)

D’un point de vue pratique, la position du lotus est cruciale en yoga car elle représente la base d’une posture assise indispensable pour parvenir à s’élever spirituellement.

La posture consiste à croiser les jambes et à placer chaque pied sur la cuisse opposée, avec les genoux reposant sur le sol. La colonne vertébrale doit être maintenue droite et étirée et les mains placées sur les genoux, paumes vers le ciel.

Le fait de joindre votre pouces et votre majeur n’est pas essentielle à la réalisation de la posture (même si la position du lotus est largement représentée de cette façon).

Pourquoi pratique-t-on la posture du lotus ?

Cette position a été largement adoptée par les pratiquants de méditation et de yoga pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, elle favorise une bonne circulation sanguine en ouvrant les hanches et en étirant les muscles de la région pelvienne.

Ensuite, elle permet de maintenir une posture droite, essentielle pour la respiration profonde et la relaxation.

Enfin, la posture du lotus symbolise la connexion entre le corps et l’esprit, ce qui en fait un choix idéal pour les exercices de concentration et de méditation.

Yogi réalisant la posture du lotus (les mains sont uniquement posées sur les genoux)

Les bienfaits de la posture du lotus

Une pratique régulière de la position offre de nombreux avantages, tant sur le plan physique que mental. Voici quelques-uns de ses principaux bienfaits :

  • amélioration de la flexibilité : physiquement, la posture du lotus permet d’ouvrir les hanches, tout en travaillant les genoux et les chevilles. Sur la durée, cet exercice peut aider à prévenir les blessures et permet surtout de développer la mobilité.
  • renforcement musculaire : le maintien de la position pendant plusieurs minutes sollicite les muscles abdominaux et ceux du dos. Ainsi, cela renforce le tronc tout en améliorant la stabilité et la posture du yogi.
  • stimulation de la digestion : le travail de respiration est étroitement lié à la posture du lotus. Les mouvements internes générés par celle-ci peuvent stimuler la digestion et faciliter l’élimination des toxines.
  • réduction du stress : en encourageant la relaxation et la concentration, la posture du lotus aide à libérer les tensions mentales et physiques et à réduire les niveaux de stress.
  • développement de la concentration : pratiquer la méditation en posture du lotus permet de mieux se focaliser sur sa respiration et ses pensées, renforçant ainsi la capacité de concentration.
A lire sur le même sujet :  Ashtanga Série 1 : tout ce qu'il faut savoir pour la maîtriser

Posture du lotus : quelques conseils pour la pratiquer correctement

A l’instar de nombreuses autres positions du yoga, il est important de bien maitriser sa réalisation pour en tirer tous les bénéfices. Il est également essentiel de la pratiquer correctement pour éviter les blessures.

Même si celle-ci vous semble relativement simple à réaliser, voici quelques conseils pour adopter la position du lotus en toute sécurité.

Préparez votre corps avant de commencer

Avant de réaliser la posture, prenez le temps de vous échauffer en effectuant des étirements doux et progressifs, ainsi que des exercices d’ouverture des hanches. Cela préparera votre corps à cette position et minimisera les risques de blessures.

Adaptez la posture à votre niveau

Si vous débutez ou si vous avez des problèmes de mobilité, n’hésitez pas à adapter la posture afin de ne pas forcer sur vos articulations. Vous pouvez, par exemple, opter pour la demi-posture du lotus (voir ci-dessous), qui consiste à placer un seul pied sur la cuisse opposée.

Réalisez la posture

Asseyez-vous sur un tapis de yoga. Votre doit doit être bien droit et vos jambes allongées devant vous. Repliez d’abord la jambe jambe, de sorte que votre pied vienne se positionner au-dessus de votre cuisse droite. Faites ensuite le même mouvement avec votre jambe droite.

Si vous êtes plus à l’aise, vous pouvez glisser vos pieds sous vos cuisse ou simplement les croiser.

N’allez pas au-delà de vos limites

Respectez vos limites personnelles et écoutez vos sensations. Ne cherchez pas à adopter une position trop avancée si vous ressentez des douleurs ou des tensions.

A lire sur le même sujet :  Urdhva Dhanurasana, la posture de la roue (difficile)

Si vous rencontrez des difficultés à poser les deux pieds sur les cuisses opposées, essayez d’utiliser un coussin de yoga pour surélever vos hanches et faciliter la position.

Privilégiez la qualité à la quantité

Il vaut mieux maintenir la posture du lotus pendant quelques minutes seulement, mais avec une bonne technique, plutôt que de chercher à tenir plus longtemps au détriment de la qualité de maintien de la posture.

Principal conseil : veillez à garder la colonne vertébrale bien droite et à rester concentré sur votre respiration durant toute la pratique. Si vous réalisez la posture en apnée, elle ne vous sera d’aucun bénéfice.

N’hésitez pas à regarder cette vidéo pour être totalement confortable lors de la réalisation de la posture

La posture du demi-lotus, variante idéale

Si la position du lotus provoque des douleurs ou des gênes, la variante du demi-lotus (Siddhasana en Sanskrit) est une alternative parfaite.

Voici comment la réaliser :

  • asseyez vous sur votre tapis, les jambes allongées devant vous
  • repliez votre jambe gauche vers l’intérieur (votre talon gaucher doit être proche du périnée)
  • laissez votre jambe droite allongée devant vous
  • placez vos mains sur vos genoux

Maintenir une pratique régulière pour profiter pleinement des bienfaits

Si vous avez l’habitude de nous lire, vous savez que nous recommandons d’intégrer à votre routine yoga ou méditation les différentes postures que nous évoquons.

Avec une pratique régulière de la posture du lotus, votre flexibilité et votre aisance vont s’améliorer progressivement. Cela vous permettra donc de profiter de ses effets positifs sur le moyen et long terme.

En conclusion, la posture du lotus est un excellent moyen d’améliorer sa santé globale en favorisant une bonne circulation sanguine, en renforçant les muscles abdominaux et en stimulant la concentration.

En intégrant progressivement cette position à votre routine et en suivant les conseils mentionnés ci-dessus, vous pourrez profiter pleinement des nombreux bienfaits qu’elle offre.

Sophie

Sophie est rédactrice spécialisée en Ayurvéda sur le site visa-forme.fr. Elle s’intéresse depuis longtemps à cette médecine millénaire et étudie notamment son développement dans les sociétés occidentales.